Conflit Russie – Ukraine : Le premier bilan de l’opération militaire russe en Ukraine

Spread the love

Dans une déclaration publique plus tôt ce matin 24 février, le président russe Vladimir Poutine a officiellement déclaré le lancement d’une opération militaire en Ukraine. « J’ai pris la décision d’une opération militaire spéciale », a-t-il déclaré.

Il a poursuivi son allocution en précisant que cette attaque vise à soutenir les séparatistes de l’est. Quelques instants plus tard, des attaques contre l’armée ukrainienne ont effectivement été signalées.

Plusieurs morts et blessés enregistrés dans les deux camps

Après la déclaration du président russe Vladimir Poutine, Ukraine a déclaré que « Poutine a lancé une invasion à grande échelle de l’Ukraine ». Dans les instants après l’annonce de la décision du président russe, l’armée russe a pénétré l’Ukraine par l’Est, plus précisément la Crimée et la Biélorussie. Ensuite, elle a envahi les autres frontières ukrainiennes allant du nord au sud, sans oublier le Belarus, un allié russe.

Une dizaine de morts dans le rang des civils a déjà été enregistrée dont six dans une frappe aérienne à Brovary, près de la capitale Kiev. Dans un bombardement hors de la ville orientale de Kharkiv, un homme a été tué.

Quelques heures plus tard, le conseiller présidentiel ukrainien a déclaré que plus de 40 soldats ont été tués et des dizaines d’autres sont blessés. Dans le camp russe, 50 soldats tués et six avions abattus par l’armée ukrainienne. Cette dernière déclaration n’a pas été encore confirmée.

De son côté, l’armée russe annonce avoir détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes après cette opération militaire. Selon les médias, les habitants de la capitale Kiev pris de sentiment de peur et craignant pour leurs vies, ont décidé de prendre la fuite. Ce qui a provoqué des embouteillages dans la ville.

On apprend également que le prix du pétrole dépasse les 100 dollars. Face à cette situation, le président de la France, Emmanuel Macron et le premier ministre britannique, Boris Johnson, n’ont pas manqué de réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.