La Cour suprême des Etats-Unis annule le droit à un avortement légal établi par Roe v. Wade en 1973

Spread the love

Désormais, les 50 États américains pourront décider d’autoriser ou d’interdire les avortements à l’intérieur de leurs frontières.

« La Constitution américaine ne garantit pas le droit à l’avortement », écrit le juge Samuel Alito

Dans la journée de ce vendredi 24 juin, la Cour suprême des Etats-Unis a officiellement et effectivement annulé le droit à un avortement légal établi par Roe v. Wade en 1973. En effet, la Cour a décidé de supprimer toute restriction constitutionnelle relative aux lois interdisant les procédures d’avortement. Ainsi, sont également annulés une décision de la Cour suprême de 1992 confirmant le droit à l’avortement dans une affaire connue sous le nom de Planned Parenthood v. Casey et décision d’un tribunal inférieur dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, confirmant une loi du Mississippi qui interdisait les procédures d’avortement après 15 semaines de gestation. 

L’opinion majoritaire a été rédigée par juge Samuel Alito, soutenu par quatre autres conservateurs de la haute cour. 

« Nous estimons que les arrêts Roe et Casey doivent être annulés », écrit Alito. Il a ensuite ajouté que « La Constitution ne fait aucune référence à l’avortement, et aucun droit de ce type n’est implicitement protégé par une quelconque disposition constitutionnelle, y compris celle sur laquelle les défenseurs de Roe et Casey s’appuient principalement aujourd’hui – la clause de procédure régulière du quatorzième amendement », écrit Alito.

Ainsi, « Roe et Casey sont annulés, et le pouvoir de réglementer l’avortement est rendu au peuple et à ses représentants élus », a-t-il indiqué. Le juge en chef John Roberts a voté avec la majorité pour maintenir les restrictions à l’avortement du Mississippi, mais n’a pas approuvé l’annulation totale de Roe.

Les réactions face à l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade

Cette décision de la Cour Suprême a provoqué de vives réactions dans le rang des juges libéraux. Ces derniers affirment que « La majorité a annulé Roe et Casey pour une seule et unique raison : parce qu’elle les a toujours méprisés et qu’elle a maintenant les voix pour les écarter. La majorité substitue ainsi une règle par les juges à la règle de droit ».

« La majorité permettrait aux États d’interdire l’avortement à partir de la conception parce qu’elle ne pense pas du tout que l’accouchement forcé implique les droits de la femme à l’égalité et à la liberté », a déclaré la dissidence de Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan.

Le peuple américain informé de cette décision, une grande foule s’est formée devant la Cour Suprême pour exprimer leur désapprobation et leur colère. On pouvait y entendre des plaintes comme :

« Mon corps, mon choix »

« Arrêtez de faire la guerre aux femmes »

« La Cour suprême a du sang sur les mains ».

« On vient de perdre l’un de nos droits de la personne les plus fondamentaux, le droit à notre autonomie »

Le président des États-Unis, Joe Biden, ébranlé par l’invalidation de Roe v. Wade a déclaré que « Les lois d’États qui interdisent l’avortement sont mises en application dès aujourd’hui, ce qui menace la santé de millions de femmes, parfois sans exception ». Notez que le jugement 6-3 ne rend pas l’avortement illégal. Mais il enlève la barrière de protection nationale érigée par Roe v. Wade. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.