Huawei une fois encore cité dans une affaire d’espionnage aux pays-bas

Spread the love

Huawei est encore une fois accusé dans une affaire d’espionnage. Selon un journal néerlandais, le géant chinois s’est permis de rentrer dans le système de milliers d’utilisateurs pour avoir accès aux contenus de ces abonnés. On estime à 6,5 millions d’abonnés, le nombre de donnés espionnées chez les clients de l’opérateur KPN. L’un des faits martelés par le quotidien, c’est que cet espionnage n’est qu’une petite portion d’une longue liste de forfait. Ainsi, il s’avère que cet état de chose s’est étendu sur plusieurs années. Comme si cela ne suffisait pas, la marque chinoise aurait même eu accès à d’innombrables conversations de l’ex premier ministre Néerlandais. De nombreux autres membres du gouvernement auraient également été victimes de ce fameux espionnage. 

Le samedi 17 Avril 2021, l’enquête réalisée par le journal néerlandais « De VolksKrant » dévoilait des accusations vis-à-vis de l’équipementier Huawei. D’après ce quotidien, le groupe chinois aurait accédé illégalement à des milliers de données d’environ 6,5 utilisateurs de l’opérateur GMS KPN. En effet, depuis 2019, afin de proposer ses différents services dans ce pays, KPN prend appui sur l’équipement réseau du système développé par la marque Huawei.  C’est d’ailleurs le cas chez plusieurs autres opérateurs français comme Bouygues et Télécom. Mais, par mesure de sécurité et de prudence, les autorités françaises ont déjà tenté d’interpeller les FAI sur la nécessité de procéder aux démantèlements de toutes les antennes posées par le géant chinois d’ici 2028.

En réalité, Huawei avait bien évidemment la possibilité d’avoir accès aux systèmes et réseaux de l’opérateur téléphonique et ceci, depuis la Chine. Ceci s’explique par les technologies utilisées par KPN. Lesquelles technologies sont évidemment la propriété de Huawei. Effectivement, le groupe chinois pouvait écouter les discussions des abonnés KPN à distance. Autrement dit, il leur était plutôt facile d’avoir accès aux contenus des abonnés de l’opérateur téléphonique. Ceci, de façon incontrôlée, illimitée et sans aucune autorisation au préalable. Les jours à suivre s’annoncent palpitants et nous dévoileront la suite de cette histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.