Phil Harrison, ancien responsable du service stadia de Google aurait quitté Google

Le départ de Phil Harrison serait survenu en janvier 2023.

Google n’a pas vraiment communiqué autour de ce départ, mais il n’est pas passé inaperçu pour business Insider. Le magazine informe que Phil Harrison n’est plus un employé de Google. L’ancien responsable du service Stadia de Google aurait plié bagage en janvier 2023. Ce serait dans la même période que la fermeture par Google du service Stadia.

Un échec malgré toutes les compétences

Le départ de Phil Harrison après la fermeture de Stadia montre clairement que sa présence au sein du personnel de Google ne répondait qu’à un besoin. Celui du développement du service Stadia.

Stadia est la plateforme de jeux vidéo à la demande que Google a lancée. Cette plateforme avait pour but de permettre aux utilisateurs de jouer à tout type de jeux en nuage à partir des appareils électroniques. Cette plateforme a été présentée environ un an après l’arrivée de Harrison en 2018 chez Google. Chose curieuse, c’est Phil Harrison qui s’est occupé de cette présentation.

Ce service sur lequel Google misait n’a pas vraiment comblé les attentes. C’est la version bêta qui a été lancée avec l’espoir de correctifs à apporter au fil du temps. Mais l’insatisfaction a poussé Google a fermé ses studios de développement de Stadia 14 mois après son lancement. Le géant américain s’est finalement tourné vers un service de marque blanche puis a annoncé la fermeture de Stadia.

Il est difficile de savoir ce qui a pu expliquer le cuisant échec de ce projet. Pourtant, Phil Harrison a toutes les compétences et a pu faire ses preuves ailleurs. Il a fait du chemin avec 15 années de loyaux services chez Sony Computer Entertainment (maintenant Sony Interactive Entertainment). Son expertise lui a permis de siéger au sein du conseil consultatif du service de jeu en nuage Gaikai. Comme si cela ne suffisait pas, Microsoft a sollicité ses compétences pour diriger les activités Xbox et Interactive Entertainment de Microsoft en Europe de 2012 à 2015.

Ni google ni Harrison n’ont communiqué autour de la rupture de contrat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *