Guerre en Ukraine : Instauration d’une nouvelle trêve pour évacuer les civils

Spread the love

La guerre entre la Russie et l’Ukraine continue de faire rage. De nombreux Ukrainiens ont abandonné leur pays et traversé les frontières. D’autres, malheureusement, se retrouvent coincés dans les zones en conflit. Une bonne nouvelle vient ainsi de tomber en faveur de ces derniers.

En effet, les deux pays en guerre sont parvenus à un accord pour favoriser l’évacuation des Ukrainiens.

La journée de ce mercredi 9 mars sera consacré à l’évacuation des civils

Une fois encore, les autorités russes et ukrainiennes annoncent un cessez-le-feu humanitaire pour évacuer les victimes de l’invasion. Cependant, des doutes planent sur cette décision et la peur qu’elle ne soit pas totalement respectée envahie les cœurs.

En effet, des difficultés pourraient se présenter, en raison de la posture de l’armée russe qui ne cesse pas les combats. L’écueil à la réussite des premiers corridors était ces combats qui ont toujours continué alors que des évacuations avaient cours.

Depuis le début de ces hostilités, il est devenu très difficile pour les populations de se déplacer sur le territoire ukrainien. Nombreux sont-ils à s’être retrouvés piégés dans les bombardements qui s’intensifient, ce, il y a de cela 14 jours.

Face aux morts, aux blessés et les hôpitaux qui sont déjà pleins craqués, les Ukrainiens sont complètement désemparés. Ces couloirs humanitaires annoncés sont en effet un véritable tremplin pour ces habitants, vulnérables face aux assauts russes. Les chiffres informent déjà du million d’Ukrainiens qui se sont retrouvés hors de leur pays, et la plupart avec le statut de réfugiés.

De sources concordantes, les premiers bus se dirigent déjà vers les régions ciblées. Il s’agit des villes de Kharkiv, de Marioupol, de Zhytomyr entre autres. L’opération qui a déjà commencé est prévue pour prendre fin entre 16 h ou 18 h, heure ukrainienne.

A ce stade de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, faut-il croire que Moscou est prêt à coopérer ou douter de ses réelles intentions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.