Licenciements massifs chez Twitter : la moitié des 7 500 employés de la société sont maintenant partis

Spread the love

Plusieurs départements de l’entreprise ont été énormément affectés, dont principalement l’équipe de confidentialité et de sécurité.

Twitter affirme que 50 % de son personnel a été licencié, mais rassure que son équipe de modération du contenu n’a pas été affecté.

Comme prévu, Twitter a effectivement procédé à un licenciement massif au sein de l’entreprise ce vendredi 04 novembre. Après avoir bloqué l’accès à ses locaux, la société a indiqué à ses employés, via un courriel, que chaque employé serait informé de son nouveau statut à travers un mail envoyé sur son adresse électronique personnelle ou professionnelle. Ce qui a été fait. 

C’est en effet la 50 % des 7 500 salariés de Twitter qui ont été licenciés. Selon les documents déposés auprès de l’autorité californienne chargée de l’emploi, parmi ceux-ci figurent 784 employés du siège de la société à San Francisco et 199 à San Jose et Los Angeles.

Plus tard dans la journée, Yoel Roth, responsable de la division Trust and Safety, a confirmé dans un tweet le nombre d’employés qui ont été limogés. « La réduction des effectifs d’hier a touché environ 15 % de notre organisation Trust & Safety (contre une réduction d’environ 50 % à l’échelle de l’entreprise), le personnel de modération de première ligne étant le moins touché », a-t-il déclaré. 

À LIRE AUSSI  Amazon : Prime Day 2022 se tiendra les 12 et 13 juillet prochain

Il a également partagé plusieurs autres tweets visant à rassurer les utilisateurs et les annonceurs. Ce qui s’avère très important, encore plus à quelques jours des élections de mi-mandat aux États-Unis. « Alors que les votes anticipés sont en cours aux États-Unis, nos efforts en matière d’intégrité des élections – y compris la désinformation nuisible qui peut supprimer le vote et la lutte contre les opérations d’information soutenues par l’État – restent une priorité absolue », a indiqué Yoel Roth.

Peu après le tweet de Roth, Elon Musk s’est également exprimé en ces termes : « Une fois encore, pour être parfaitement clair, l’engagement ferme de Twitter en faveur de la modération du contenu reste absolument inchangé ».

A propos des licenciements au sein du personnel de Twitter, le nouveau propriétaire a déclaré ce qui suit : « En ce qui concerne la réduction des effectifs de Twitter, il n’y a malheureusement pas le choix lorsque l’entreprise perd plus de 4 millions de dollars par jour. Toutes les personnes licenciées se sont vues offrir 3 mois d’indemnités de licenciement, soit 50 % de plus que ce que la loi exige ».

Quels sont les départements de Twitter les plus touchés par les licenciements massifs ?

Bien que Yoel Roth tente d’être rassurant, il faut noter de nombreuses divisions de la société ont été profondément affectés tandis que d’autres ont simplement et entièrement été supprimés. Les divisions les plus touchées par ce mouvement de licenciement incluent : 

  • Division de Confidentialité et Sécurité ;
  • Politique Publique ;
  • Division de Communication (quelques parties supprimées) ;
  • Division d’IA Éthique (supprimé) ;
  • Division d’Accessibilité (supprimé) ;
  • Division des Sciences des données ;
  • Division des Droits humains (supprimé) ;
  • Division de Conservation des données ;
  • Etc.
À LIRE AUSSI  Elon Musk annonce qu’il suspend temporairement son accord de rachat de Twitter

De nombreux dirigeants de Twitter ont été remerciés à la suite du licenciement de Parag Agrawal, ancien PDG de Twitter ; Ned Segal, le directeur financier de Twitter ; Vijaya Gadde, le responsable des affaires juridiques, de la politique et de la confidentialité, ainsi que l’avocat général Sean Edgett. Il s’agit de : Arnaud Weber, vice-président de l’ingénierie des produits grand public ; Tony Haile, directeur principal des produits supervisant le travail de Twitter avec les éditeurs de presse, etc.

Par ailleurs, dans la journée du vendredi, M. Musk a déclaré que Twitter avait connu ‘une baisse massive de ses revenus’. En effet, de célèbres marques dont General Mills (GIS.N) et General Motors (GM.N) ont décidé de cesser la publicité sur Twitter.

« Twitter a connu une baisse massive de ses revenus, en raison des pressions exercées par des groupes d’activistes sur les annonceurs, alors que rien n’a changé dans la modération du contenu et que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour apaiser les activistes. C’est un vrai gâchis ! Ils essaient de détruire la liberté d’expression en Amérique », a tweeté Elon Musk.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *